Témoignages

 Que disent les élèves de PCSI/PSI* du Lycée d’Arsonval ?

 

Guillaume E. (2017-2019)

Ça peut paraitre étonnant mais les deux années que j'ai passées au lycée d'Arsonval ont été d'excellentes années pour moi. Je m'y suis fait de très bons amis avec qui j’ai travaillé et ai passé de bons moments en dehors des cours. D’un point de vue scolaire, je pense que le lycée offre ce qu’il y a de meilleur pour progresser : des professeurs très qualifiés qui ne désespèrent jamais des dizaines de questions qu’on leur pose, qui répondent aux mails, qui aident à préparer les TD et travailler les DM, et qui permettent un travail très approfondi du programme afin de vraiment comprendre ce qu’on apprend. C’est tout l’intérêt d’une structure comme d’Arsonval: un encadrement sérieux des élèves des élèves et des professeurs dévoués. Même des amis qui n’étaient pas forcément le « profil type » de prépa finissent par s’y plaire, travailler sérieusement et décrocher de bonnes écoles ! Si vous vous en donnez les moyens, toutes les écoles sont à votre portée, je suis pour ma part rentré à l’ENS Paris-Saclay donc tout est possible !

Matthieu G. (2017-2019)

J’ai passé deux années au Lycée d’Arsonval qui n’étaient pas des années de souffrance grâce aux petits effectifs dans les classes qui permettent de créer une ambiance chaleureuse et une entraide forte entre les élèves. De plus, le corps enseignant était toujours à l’écoute, que ce soit au lycée ou après les cours, donc il n’était pas compliqué de trouver les réponses à mes questions ! Pour ma part, j’ai intégré Télécom SudParis en j’en suis très content !

Mathylde A. (2017-2019)

Après mes deux années passées au lycée d’Arsonval en prépa, je ne regrette pas du tout mon choix d’une petite prépa ! J’y ai appris l’entraide et l’esprit d’équipe. On a tout au long de ces deux années appris à travailler ensemble pour se porter les uns les autres vers la réussite. J’ai aussi appris à m’organiser et à être capable de faire beaucoup en peu de temps. Le choix d’une petite prépa a été le bon pour moi : les classes étant de 30 élèves, les professeurs ont la possibilité de nous aider. Cette prépa m’a permis d’intégrer l’École Nationale Supérieure d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications (ENSEEIHT), une école qui me plait énormément !

Lou P. (2017-2019)

La prépa de d’Arsonval m’a permis de vivre mes deux années de prépa dans un cadre agréable, entourée de professeurs toujours bienveillants et à l’écoute. Les petits effectifs des classes permettent une proximité et une entraide aussi bien au sein de la classe qu’entre les premières et deuxièmes années. Maintenant que j’ai intégré, l’ENSEEIHT, je me rends compte à quel point la prépa de d’Arsonval m’a inculqué une rigueur et une constance dans le travail. Rien n’est impossible pour les élèves motivés !

Lucas G. (2017-2019)

La prépa à d'Arsonval est une prépa où il fait bon vivre, contrairement à d'autres comme les grandes prépas parisiennes. En effet dans celles-ci, vous êtes entre 40 et 50 dans une classe et si vous ne comprenez pas, personne ne sera là pour vous rattraper. Au contraire, à d'Arsonval, vous êtes en petits effectifs, les professeurs peuvent donc vous suivre plus facilement. Ayant intégré l'École Nationale Supérieure des Arts et Métiers cette année, je côtoie quotidiennement des élèves de grandes prépas parisiennes, il est donc parfaitement possible de réussir à d'Arsonval, pour peu que vous fassiez des efforts et travailliez régulièrement. De plus, si vous n'êtes toujours pas convaincu, le lycée possède du matériel de qualité, un personnel compétent et un cadre de vie agréable.

Benjamin B.B. (2015-2018)

J'ai passé 3 années au lycée D'Arsonval et contrairement à ce que l'on peut penser, ces années ont été très agréables et m'ont permis d'apprendre à être autonome et efficace dans mes études ainsi que de me découvrir une passion pour les sciences. Le cadre du lycée est idéal : classes en petits effectifs, bâtiments et matériels de qualité, corps enseignant très compétent et un domaine où il fait bon passer du temps (la verdure et les arbres jouent un rôle important oui oui..). Malgré le fait que ce ne soit pas une "grande prépa parisienne", si vous êtes motivés et travailleurs, les professeurs sauront vous faire progresser. J'ai pour ma part intégré lÉcole Normale Supérieure Paris-Saclay où j'ai pu rejoindre le département de physique alors vraiment, n'hésitez plus!

Théo C. (2014-2017)

La prépa de d'Arsonval est une classe préparatoire à taille humaine, et la communauté des professeurs et des étudiants m'a permis de bien surmonter ces années exigeantes. J'ai d'ailleurs fait une 5/2, ce qui m'a permis d'intégrer Centrale Marseille, preuve de la qualité de l'enseignement.

Ces années ne sont pas que douloureuses, elles sont aussi excitantes, car elles testent nos capacités. N'oubliez pas de vous concentrer un maximum sur cette période, car les années qui suivent n'auront qu'un goût plus doux !

Nirunjan J. (2014-2017)

Après une 5/2, j'ai pu intégrer l'École des Mines d'Alès, école du concours Mines Télécom. J'avais l'ambition d'intégrer cette école dès ma première année et je vous encourage à construire votre projet dès la SUP. Les professeurs proposaient des exercices de TD et des évaluations de différents niveaux afin que les élèves puissent s'entraîner selon leur projet personnel. De plus, l'esprit convivial et la proximité avec les professeurs permettent aux élèves de préparer au mieux les concours, je vous le garantis !

Nicolas K. (2014-2017)

J'ai passé mes deux années de classe préparatoire au lycée d'Arsonval avant d'intégrer l'ENSEA (Cergy-Pontoise, sur le concours Centrale).

Ces deux années m'ont permis de progresser quant à l'organisation et la capacité de travail. Le lycée d'Arsonval assure un soutien individuel et un état d'esprit positif. Ainsi vous évoluerez dans des conditions optimales pour suivre le rythme soutenu exigé. J'ai également apprécié les moyens mis à disposition des élèves: une classe attribuée, une salle d'étude réservée aux élèves des classes préparatoires et bien plus. Je suis convaincu que le lycée d'Arsonval vous permettra d'intégrer l'école de votre choix, si vous vous en donnez les moyens.

Birunthan S. (2014-2017)

La prépa à d'Arsonval fût pour moi une agréable surprise. En effet, on m'avait souvent dit que la prépa n'était que compétition et souffrance, mais l'ambiance qui règne à d'Arsonval est totalement différente et unique ! Oui il y a de la compétition entre les élèves, mais cela se traduit plus par une émulation entre eux, et c'est ce qui permet de faire avancer toute la classe. De plus, l'entraide et la solidarité qui régnait dans ma classe était motivante chaque jour, et permettait aux meilleurs de renforcer leurs connaissances en aidant ceux en difficultés, qui alors comprenaient le cours plus facilement. Les cours dispensés sont d'une très bonne qualité, comparé à certaines prépas où l'élève ne comprend rien aux explications (parfois inexistantes) des profs. Le lycée est en lui-même plaisant et le personnel affectueux. Merci à l'ensemble de l'équipe pédagogique ! Après trois années passées à d’Arsonval, j’ai intégré SupOptique.

Romain R. (2014-2016)

Après avoir suivi un cursus PCSI-PSI* au lycée d’Arsonval, j’ai intégré l’École Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Poitiers (ENSI Poitiers appartenant à la banque Concours Communs Polytechniques).

A en juger par mon ressenti sur ce début d’année en école d’ingénieur, je pense que ces deux ans au Lycée d’Arsonval m’ont permis d’acquérir une excellente méthode de travail grâce à un enseignement de qualité. Grâce à un effectif d’élèves plutôt faible (30 élèves environ), chacun d’entre nous a pu bénéficier d’un excellent encadrement et la solidarité entre les élèves n’en a été que plus facile.

Pour les éventuels futurs taupins, sachez que la prépa, au-delà de son aspect impitoyable et travailleur, crée en réalité une véritable solidarité entre les élèves et une cohésion de groupe incomparable avec les autres filières. De plus, le large choix qu’elle offre à l’issue de ses deux ans nous encourage à nous améliorer et à ne pas céder aux premières difficultés rencontrées même si celles-ci vous semblent au début insupportables et impossibles à franchir.

Bonne chance et ne lâchez rien, car tout est possible !

Olivier F. (2015-2016)

J'ai choisi la filière des classes préparatoires dans le but d'intégrer l'ENAC en tant qu'Élève Pilote de Ligne. Les professeurs m'ont soutenu dans mon projet et m'ont donné les moyens de réussir au mieux le concours. J'ai intégré la formation que je souhaitais et dans laquelle je m'épanouis maintenant. J'ai apprécié le caractère familial du lycée d'Arsonval qui permet une formation adaptée aux besoins et aux capacités de chacun.

Dorian P. (2014-2016)

Après deux années dans la prépa de d’Arsonval, j’ai intégré Télécom Saint-Etienne, c’est-à-dire mon premier vœu. Ces études sont importantes pour moi puisqu’elles me permettront de devenir ingénieur en réseau, ce qui est mon souhait. La formation CPGE offre un réel avantage grâce aux méthodes que celle-ci instaure. En effet, les cours en école sont insignifiants en comparaison, car on sait désormais apprendre vite ! Mes années à d’Arsonval auront été pour moi excellentes, tant par les enseignants que les sujets abordés : les sciences c’est cool ! Il suffit de ne pas avoir peur, de se lancer et d’apprécier ces deux années de labeur !

Gilles T. (2013-2016)

J'ai intégré l'ESTP en 2016 et j'aimerais travailler dans la construction de gros œuvres comme les ponts, les tunnels, l'aménagement du territoire... L'atout principal de d’Arsonval est sa taille à échelle humaine. En effet, cela permet d'avoir de vraies relations avec les professeurs et d'être constamment dans une ambiance conviviale, sans compétition. Pour rassurer les élèves qui appréhenderaient ces deux années, j'étais un élève moyen en terminale et néanmoins, ma motivation et surtout ma persévérance m'ont permis d'aller jusqu'au bout et de décrocher une école, même si ça n'a pas été facile tous les jours !

Carole P. (2013-2015)

Mes deux années de classes préparatoires m'ont permis de gagner en maturité et en rigueur dans mon travail, tout en me donnant plus d'intérêt pour les sciences. De par la taille de la PCSI-PSI* de d'Arsonval, je me suis sentie bien encadrée par l'équipe des enseignants. Chaque étudiant est en mesure de fournir la dose importante de travail demandée, sans le sentiment de pression qu'on pourrait retrouver dans certaines autres CPGE.

J'ai finalement intégré l'INSA de Strasbourg. Je peux aujourd'hui opter pour un double diplôme en Génie Civil-Architecture, une filière reconnue et encore rare en France.

Bastian L. (2012-2014)

Ces deux années de prépa au lycée d'Arsonval m'ont appris à m'accrocher et à persévérer dans tout ce que j'entreprends. La disponibilité des professeurs et l'entraide avec la classe ont été pour moi un véritable atout pour réussir. À d'Arsonval l'atmosphère est bien évidemment tournée vers le travail mais l'ambiance reste sympathique et joyeuse. À l'issue de ces deux années, j'ai intégré l'UTC en filière mécanique.

Léo E.P. (2012-2014)

J'ai fait 5 ans à d'Arsonval (de la seconde à la PSI*) pour finalement intégrer l'Institut Supérieur de Mécaniques de Paris (SUPMECA) en alternance. J'ai intégré une équipe d'ingénieurs au sein de PSA Peugeot Citroën et j'ai la chance de participer activement à des vrais problématiques projets (essais sur pistes confidentiels, communications avec le Brésil, la Chine...) et tout cela en continuant mes études. La classe prépa a été pour moi l'opportunité de balayer tous les domaines scientifiques et de repérer ce que je voulais vraiment faire : de la mécanique. Après mon diplôme je voudrais partir travailler à l'étranger (au Canada ou en Australie) pour faire un VIE (Volontariat International en Entreprise). J'ai choisi la prépa d'Arsonval pour son côté chaleureux et je me suis dit : "si les autres y arrivent, pourquoi pas moi ?".

Henri L. (2010-2012)

J'ai appris beaucoup de mes deux années à d'Arsonval. Malgré la petite taille de la prépa, j'ai réussi à décrocher de très bonnes écoles. Les professeurs m'ont encouragé en deuxième année en m'aidant à préparer les épreuves les plus difficiles. J'ai le sentiment d'avoir passé deux années studieuses dans une ambiance familiale !

J'ai intégré SUPAEROen 2012 après PCSI (2010-2011) et PSI*(2011-2012) (3/2) à d'Arsonval.

Lucas H. (2010-2012)

Je suis sorti de la PSI* du lycée d'Arsonval en 2012 et je suis ensuite entré à l'ENSTA ParisTech où j'ai suivi la voie mathématique appliquée. Je suis actuellement en stage de césure dans une entreprise du monde de la défense.

En comparant mon expérience avec celle des autres élèves de mon école, je pense que ce qui fait la spécificité de la PCSI/PSI*, c'est sa taille humaine, et la possibilité d'un contact direct avec les professeurs. On en ressort avec l'impression d'avoir appris des choses et pas de s'être seulement préparé à un concours.

Anne B. (2009-2011)

J’ai apprécié faire ma prépa à D’Arsonval, car elle ne correspond pas aux idées reçues. Les professeurs (de mon époque) ne sont pas dévalorisants, l’ambiance est agréable et il y a plutôt un esprit d’équipe. Je n’ai pas ressenti de compétition.

Ce que je changerais avec le recul, c’est qu’en tant qu’élève on ne se concentre que sur le classement des écoles et non pas sur ce qu’elles proposent. Je pense que c’est une erreur, car le risque est de finir son école d’ingénieur sans savoir ce que nous souhaitons faire comme métier. Je pense qu’il faut avant tout savoir quel domaine nous plait et ensuite choisir son école.

Après 2 ans de prépa, j’ai intégré l’EFREI et j’ai suivi le parcours Mathématiques Financières. J’ai ensuite intégré le master spécialisé Probabilité et Finance à l’UPMC (ex DEA El Karoui) et je suis actuellement en stage de fin d’études dans un hedge fund en tant qu’analyste quantitatif. Je souhaite à la fin de mon stage trouver un métier dans la recherche en finance quantitative.

Tarek K. (2009-2011)

J’ai intégré une école d’ingénieurs en 2011, puis une école de commerce. Je suis aujourd’hui manager dans la logistique aéronautique pour Airbus. J’ai fait un stage de 6 mois dans 5 pays d’Asie, et récemment, j’ai travaillé sur les sites de Saint-Nazaire, Toulouse, Séville, Hambourg. A d’Arsonval, j’ai appris la rigueur et la persévérance.